ATCNA

AllTheContent.com - Blog

Community of Journalist & Vertical News Agency

Marketplace de Facebook: tout ce qu’il faut savoir!

Facebook compte rivaliser avec eBay et LeBonCoin. @Simon/Pixabay

Facebook compte rivaliser avec eBay et LeBonCoin. @Simon/Pixabay

 

Les utilisateurs anglo-saxons de Facebook ont eu la surprise de découvrir ce lundi 3 octobre une nouvelle rubrique: Marketplace. Comme eBay ou le Bon Coin, la plate-forme d’e-commerce propose aux utilisateurs de publier gratuitement des petites annonces afin de trouver un acheteur ou un vendeur sur le réseau social.

 

Facebook ne s’est plus où donner de la tête avec son 1,7 milliard d’utilisateurs: créer du lien social, proposer des outils de marketing pour les entreprises, offrir des tribunes pour la presse mondiale, mettre à disposition des jeux vidéo gratuits… Maintenant, le réseau social de Mark Zuckerberg propose Marketplace, une application dédiée aux ventes de particulier à particulier. Chaque profil Facebook aura à sa portée une rubrique de petites annonces dans laquelle il pourra trouver ou vendre toutes sortes de biens d’occasions. Meubles, jeux vidéo, livres, appareils électroniques, électroménagers… Même des services seront proposés.

 

Se démarquer des concurrents

Disponible déjà aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande, Marketplace ambitionne de faire mieux que Craiglist, l’équivalent du Bon Coin au pays de l’Oncle Sam. Pour se faire une place dans le marché de l’occasion, qui ne compte pas moins de 450 millions d’utilisateurs dans le monde, un nouveau bouton va apparaître en bas de l’application Facebook, en lieu et place de Messenger. En appuyant sur ce nouveau bouton Marketplace, Facebook va afficher automatiquement des petites annonces en rapport avec vos goûts, votre budget, mais aussi votre position géographique. Rien ne sera laissé au hasard pour vous convaincre d’utiliser Marketplace!

 

Des débuts difficiles

Question rémunération, Facebook n’entend pas percevoir des commissions pour le moment. Côté responsabilité, le réseau social interdit toutes transactions aux moins de 18 ans mais il ne garantit absolument rien concernant l’achat. Même s’il ne nous met pas à l’abri d’éventuelles arnaques, il censure clairement la vente de médicaments, d’armes à feu, d’animaux, de drogues ou de prestations sexuelles. Des mesures difficiles à faire respecter compte tenu des offres déroutantes déjà proposées. Par exemple, on a pu voir des annonces de vente pour de la nourriture, des poubelles, des armes, des animaux et même des personnes. Quelques utilisateurs s’inquiètent déjà de la modération de ces annonces qui ne se fait qu’a posteriori.

 

Une stratégie de croissance supplémentaire pour Facebook

Si pour l’instant le réseau social ne touche aucune commission sur ces petites annonces, cela ne signifie pas qu’il lui sera impossible de monétiser ce service à l’avenir. On peut supposer que Facebook proposera, comme eBay ou Le Bon Coin de mettre en avant certaines petites annonces contre une rétribution. Sans oublier que c’est aussi un moyen de faire venir des publicitaires en tout genre. Autre avantage pour le réseau social: la collecte de données supplémentaires pour définir votre profil d’utilisateur. En effet, désormais il aura accès à vos habitudes de consommation. Pour sa disponibilité en Europe, Facebook parle de «quelques mois» d’attente.

 

Post Tags:

Leave Yours +

No Comments

Comments are closed.